L'Asie du Sud et de l'Est (1) : les défis de la population et de la croissance

Situer :


Carte de l'Asie :



Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7c/Map_of_Asia_%28fr%29.png


I – Les défis de la population et de la croissance :



A/ Les défis de l’Asie du Sud et de l’Est (ASE) sur le plan démographique :


a) Un poids démographique considérable :

- L’ASE est le premier foyer de peuplement au monde : 4,3 milliards d’habitants (2014) = 60% de la population mondiale. Deux grands foyers de peuplement : la Chine (1,4 milliard) et l’Inde (1,3 milliard).


Grands foyers de peuplement en Asie, d’après le World Factbook. Données reprises sur https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_de_l%27Asie

- Densité de population extrêmement élevée (150/hab/km2 en moyenne) mais ces densités sont très inégales : la population se concentre au niveau des littoraux et des embouchures de fleuves (Gange, Mékong, Yangzi) => 1000 hab/km2 et délaisse certains espaces / pays comme la Mongolie et le Tibet (10/hab/km2).

- Tous les pays sont engagés dans la transition démographique (= fait de passer d’un taux de natalité et de mortalité fort à un taux plus faible) à des degrés divers. Voir la politique de l’enfant unique mise en place par Deng Xiao Ping (Chine) dès 1981 jusqu’en 2015. Certains pays où la fécondité est d’environ 3 enfants/femme ont plus de mal, comme l’Inde dont la population devrait dépasser celle de la Chine vers 2030. Le Japon fait face à un vieillissement de sa population : 25% > 75 ans + 40 000 centenaires => engendre d’importants coûts en matière de santé et baisse du nombre d’actifs.

- Le processus d’urbanisation est en marche en ASE. En moyenne, le taux d’urbanisation = 42%. Le taux est faible comparé à d’autres pays, mais là encore il y a de nombreuses inégalités. Il est de 80% en Corée contre 30% en Inde par ex. L’ASE concentre +50% de la population urbaine mondiale notamment grâce à ces grandes mégapoles (>10m hab) comme Tokyo, Delhi, Shanghai, Mumbai… Présence d’une mégalopole (ensemble de plusieurs mégapoles) japonaise et d’une chinoise (en formation).

b) Avantages et inconvénients de la croissance démographique :

AVANTAGES :

- Le poids démographique de l’ASE => main d’œuvre importante, jeune et peu coûteuse. Dans le cadre de l’internationalisation de la production, cela confère à l’ASE des avantages comparatifs en matière de travail. Question de la qualification / éducation, importante en Asie de l’Est, plus faible en Asie du Sud. Japon désavantagé sur la main d’œuvre car sa population vieillit.

- Grand marché de consommateurs, cible idéale de grandes firmes transnationales (FTN) => avec le niveau de vie en hausse, la classe moyenne s’étoffe et la consommation aussi. L’ASE accueille de nombreux IDE, les FTN y installent des filiales dans une logique de marché.

INCONVENIENTS – DEFIS :


Complément :
Noter la difficulté de l’Inde en matière de nutrition : problèmes de stockage et de transport des denrées + difficulté d’accès à l’eau. 42% des enfants < 5 ans en insuffisance pondérale (2012).

B/ Les défis d’une forte croissance économique :


a) Une croissance économique importante mais disparate :



Source : https://asialyst.com/fr/2016/04/14/asie-emergente-cap-sur-sur-la-croissance-pour-2016/

- Le document-ci-dessus montre que l’ASE est la région du monde avec les plus forts taux de croissance, cependant c’est assez inégal. La Chine et l’Inde se démarquent de par leur taux de croissance considérable mais d’autres pays peinent un peu + (Japon, Corée du Sud, Thaïlande…)

- Interdépendance des économies entre elles : la catastrophe de Fukushima au Japon (2011) avait paralysé l’ensemble de l’économie asiatique. Dépendance vis-à-vis de la mondialisation : cf. crise financière de juillet 1997 due à l’effondrement du baht thaïlandais => réaction en chaîne et crise monétaire asiatique (dépréciation des monnaies).

- Chine 2nde puissance économique mondiale => a dépassé Japon depuis 2010, se pose en concurrent direct des Etats-Unis : tire le développement asiatique et participe même au remboursement de la dette américaine (bons du trésor). Développement exacerbé avec l’émergence des Tigres depuis l’ouverture économique chinoise poussée par Xiao Ping en 1978. Chine et Japon = 2 grands géants économiques de l’ASE (cf. II)

- Autres pays marginalisés, peu développés et en développement (Viêt nam, Laos, Cambodge…)

- Inde émerge depuis la chute de l’URSS en 1991 avec la libéralisation de son économie qui entraîne la création d’un secteur privé massif, mais n’égale en rien les 2 géants asiatiques. Pauvreté notable, donc consommation faible.

b) L’ASE, moteur de l’économie mondiale :



- La Chine consomme énormément, plus que les Etats-Unis. Elle est notamment très consommatrice de produits de luxe.

- L’économie chinoise est tournée vers les exportations => littoralisation des activités et des populations (Asie de l’Est = plus grande façade maritime mondiale) au détriment des espaces intérieurs très en retard. Grands ports mondiaux (Shanghai, Singapour, Shenzhen)

- Organisation régionale progressive mais difficile, coopération moyenne au sein de l’ASEAN et ASEAN + 3. = Espace de discussion qui permet de créer des partenariats. Les pays signataires de l’ASEAN n’imposent pas de droits de douanes entre eux, mais il y a toujours des tarifs douaniers extérieurs.


- L’Asie est au cœur de la Division Internationale du Travail (DIT) : on connaît par exemple l’importance de la Corée en matière de fourniture d’écrans.

- L’Inde aussi affirme un certain rôle de sous-traitance mais s’affirme peu car elle n’a pas de partenaires commerciaux proches solides. Une organisation régionale, la SAARC (South Asian Association for Regional Co-Operation) a été fondée grâce au Bangladesh mais à un impact beaucoup plus limité (espace de discussion, directives axées sur l’agriculture).

- centres de commandement de la mondialisation dans les grandes métropoles (Shanghai, Singapour, Hong-Kong…).

C/ Les limites de la puissance économique asiatique :


a) Un modèle de croissance strictement focalisé sur le développement :

- Chine très mondialisée, donc très dépendante des cours des monnaies étrangères. En cas de dépréciation de la monnaie d’un partenaire commercial, la Chine en subit les conséquences comme en 1996 avec la Thaïlande et bien sûr en 2008 avec la crise des Subprimes. Beaucoup de spéculation, système bancaire assez opaque, corruption => fragilise l’économie asiatique.

- Modèle de développement économique pur, ne suit pas le mouvement de transition énergétique et consomme du pétrole à outrance.

- Inégalités de développement : IDH élevés au Japon, Corée du Sud et Singapour mais IDH moyens en Chine, Inde, Thaïlande, Viêt Nam et faibles au Cambodge, Népal, Birmanie…

- Inégalités territoriales entre les espaces littoraux très développés et au cœur de l’activité et les espaces intérieurs qui accumulent du retard (cf. « Japon de l’endroit » centré sur Tokyo / « Japon de l’envers » = espace rural peu développé). Laos, Népal et Bhoutan = territoires enclavés. Corée du Nord = territoire le plus fermé du monde. [rouge]La majorité des espaces en retard sont ceux qui s’intègrent difficilement à la mondialisation.[/rouge]

- Une pauvreté qui a reculé mais qui existe toujours avec les difficultés pour satisfaire les besoins primaires de tout un pan de la population.

b) Des tensions politiques fortes :

- Régimes politiques différents : démocratie en Inde, Japon, Corée du Sud mais une majorité de régimes autoritaires (Corée du Nord, Birmanie) + régimes qui se revendiquent communistes ou dominent le parti unique (Chine, Viêt Nam). Démocratie précaire en Thaïlande, Bangladesh => coups d’Etat fréquents.

- Conflits intérieurs importants : exemple des Naxalistes en Inde, groupes révolutionnaires armés militant pour l’installation d’un régime communiste agraire. Conflits de nature religieuse, ethnique… Volonté d’autonomie pour le Tibet. Chine veut récupérer Taïwan.

- Problème du terrorisme islamique, qui a déjà frappé dans certains pays asiatiques (Inde, Thaïlande, Indonésie).

c) Un impact environnemental considérable :

- Comme la plupart des pays d’Asie sont et ont été focalisés sur le développement et la réduction de la pauvreté ils n’ont pas pris d’initiatives environnementales et en 2011 40% du dioxyde de carbone rejeté dans l’atmosphère provenait d’ASE, dont plus de la moitié provient de Chine. La pollution est considérable (cf. Tokyo, Delhi, Mumbai…) et à des impacts environnementaux terribles (pluies acides).

- Emergence de nouveaux moyens de produire de l’énergie, mais minoritaires (biogaz, agro carburant) malgré l’emploi massif de l’énergie fossile très polluante.

- Erosion des sols, pollution des nappes phréatiques (arsenic).

- Nombreuses catastrophes naturelles touchent l’Asie cf. tsunami en Asie du Sud-Est (2004), tremblement de terre (2008), tsunami au Japon (2011).

Dernières fiches sorties

Nous créons constamment du nouveau contenu, vous pouvez le découvrir ci-dessous.