[EN COURS] La gouvernance économique mondiale depuis 1944

Introduction :



A la suite de la Seconde Guerre Mondiale (SGM), la coopération à l’échelle mondiale est devenu nécessaire. Il faut reconstruire et pacifier le monde meurtri par la guerre. Les Etats-Unis ont décidé de rejeter leur passé isolationniste et de créer de nouvelles institutions comme l’ONU afin de faciliter et institutionnaliser la gouvernance mondiale. Ce cours s’intéresse prioritairement au pan économique de la gouvernance mondiale (car c’est l’économie qui permet de lancer la reconstruction, et par extension la pacification).

Objectifs du cours :

=> Voir cmt la gouvernance économique mondiale s’organise depuis 1944, en étudiant les changements récents du XXIème siècle dus à l’essor de la mondialisation.
=> Quelle efficacité ?

I - Au sortir de la guerre, les E.U se postent comme un acteur majeur de la gouvernance économique mondiale :



A/ Un déséquilibre économique mondiale au sortir de la guerre à l’avantage des E.U :


- A l’origine, la monnaie voyait son cours indexé sur celui de l’or : c’est le système étalon-or. Depuis 1922, la conférence de Genève décide que seules 2 monnaies sont indexées sur le cours de l’or : la livre et le dollar. En raison du krach de Wall Street en 1929, ce système s’effondre car les pays ferment leurs frontières et appliquent des mesures protectionnistes (= visant à restreindre l’importation).

- Au sortir de la SGM, les E.U sont tout-puissants économiquement => détiennent 2/3 du stock d’or mondial et contrôlent 60% de la production industrielle. Ce sont donc eux qui sont en mesure d’agir concrètement pour la gouvernance économique mondiale.

- Avant même que la victoire soit officiellement annoncée, les E.U instaurent un nouveau système monétaire international en 1944 => accords de Brettons Woods.

B/ Les accords de Brettons Woods donnent naissance à un nouveau système monétaire international
:


Les 2 grandes figures de la signature de ces accords sont John Maynard Keynes (économiste britannique) et Harry Dexter White (assistant au secrétaire au Trésor des E.U).

- Tjrs dans cette optique de favoriser le libre-échange, les E.U défendent le projet du General Agreement on Tarrifs and Trade (GATT) signé en Oct. 1947 (deviendra l’OMC).

C/ Les limites du système de Brettons-Woods :


- Délai d’application très long : 14 ans après les accords (le temps que les pays détruits par la guerre se reconstruisent)

- Acceptation du système uniquement par les économies capitalistes : refus des économies communistes de s’y conformer => clivage économique dans le cadre de la Guerre Froide (GF).

- Tiers-monde exige un autre système car celui-ci n’est pas leur avantage : le $ a un cours trop élevé pour leurs économies.

Ce système part déjà mal, mais c’est à partir du début des années 60 que de plus gros problèmes vont être détectés.

II – De remise en cause à disparition du système de Brettons-Woods



A/ Un contexte économique et politique mondial en défaveur du système de B-W


- Dans un contexte de GF, on découvre de nbreuses failles au système B-W : déjà, la guerre du Viêt Nam dans laquelle se sont engagés les E.U coûte cher => on constate qu’il y a plus de $ en circulation que d’or pour en garantir le prix. Pour contrebalancer ce pb, le président Nixon annule la convertibilité dollar-or :


- Avec les chocs pétroliers de 1973 et de 1979, l’ordre économique mondial est bouleversé surtout pour les pays industrialisés mais aussi ceux en dvlpmt car le prix de leurs matières premières baisse énormément. Les travaux du GATT sont inefficaces dans ce contexte de crise.

B/ La volonté de renforcer la coopération économique, notamment avec les pays du tiers-monde :


- Avec les 2 crises successives, les pays ont opté pour des mesures protectionnistes hostiles au libre-échange et donc aux principes du GATT => ne possède pas de moyen de sanction efficace.

- Création du G6, à l’initiative du président FR Valéry Giscard d’Estaing (VGE)

- Les pays du tiers-monde tout juste décolonisés refusent de se soumettre de nouveau à la gouvernance économique mondiale : les traités de Bandung (1955) et de Belgrade (1961) parlent de non-alignement. Le groupe des 77 (G77) est à l’initiative de la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et de Développement) et permet de donner des voix aux pays en voie de dvlpmt.

- Le G77 revendique un système plus juste en 1974, et veulent se détacher de l’influence des grandes puissances dont l’économie fixe le prix de leurs matières premières => obtiennent une part d’aide de la part des pays riches (1% du PIB annuel) et une protection de leur marché intérieur. L’aide financière, faute de moyens et de corruption à l’intérieur des pays sous-développés, ne sera pas toujours apportée.

C/ La montée du libéralisme pour sortir de la crise :


- Les grands défenseurs du libéralisme critiquent l’Etat-providence => c’est lui qui rend la crise persistante. Ces idées libérales ce sont bcp diffusées notamment aux E.U, au R.U et en France :

- Politique libérale de Ronald Reagan (Etats-Unis), Margaret Thatcher (Royaume-Uni), Valéry Giscard d’Estaing (France) => privatisation, dérèglementation, favorisation du libre-échange, délocalisation (flux d’IDE augmentent, grandes FTN implantent leurs filiales à l’étranger) => augmentation du chômage (restriction des dépenses de l’Etat, donc moins de pouvoir d’achat, moins de demande et moins d’embauche). Bcp de grèves au R.U pdt cette période à cause du chômage.

- Gros endettement des pays en dvlpmt pour financer leur dvlpmt. Pour alléger le poids de ces dettes, le FMI apporte son aide mais impose une condition : les pays aidés doivent ouvrir leurs frontières et donc opter pour une politique libérale.

Années 80 = effervescence libérale

III – Après la chute de l’URSS, la mondialisation modifie la gouvernance économique mondiale :



A/ La révolution libérale est en marche, mais est coupée nette par les premières crises économiques :


1) Nouvelles institutions :

- URSS disparaît en 1991 => Russie rejoint le FMI et le G8 (duquel elle a été périodiquement exclue pour le moment)

- Transformation du GATT en OMC :


Les procédures entreprises par l’OMC sont toutefois longues et excluent souvent les pays sous-développés qui n’ont que peu de poids décisionnel.

- Création du G20 (G8 + 11 pays émergents + Union Européenne)
- Transition libérale vers capitalisme

2) Les crises :

Le monde enchaîne les crises économiques (Mexicaine – 1994 ; Asiatique – 1997 ; Eclatement de la bulle Internet – 2000 ; crise des Subprimes – 2007 ; crise bancaire -2008) Ce nbre impressionnant de crises entraîne une remise en qs du modèle libéral et capitaliste qui semblent admettre de gros dysfonctionnements.

La lutte contre le terrorisme essentiellement affirmée par les E.U est aussi très coûteuse.

Pour pallier à la crise bancaire (Lehman Brothers), les Etats vont injecter des fonds dans les banques pour qu’elles continuent leur activité. Le résultat est nuancé mais grâce à ça l’économie repart.

B/ Post-2008 : les nouveaux acteurs majeurs de la gouvernance mondiale :


- OMC => milite pour la réduction des inégalités économiques et sociales mais se trouve entravée par l’opposition de certains de ses membres qui empêchent toute prise de décision. Elle joue néanmoins un rôle économique très important.

- Organisations régionales dans une idée de coopération régionale (ALENA, MERCOSUR, Union Européenne)

- Organisation des Nations Unies (ONU) qui gagne en importance

- G20 qui gère la coopération entre les Etats



Dernières fiches sorties

Nous créons constamment du nouveau contenu, vous pouvez le découvrir ci-dessous.