Le vocabulaire du roman



Présentation :

Le roman est un récit en prose qui se différencie de la nouvelle de par sa longueur. En effet, ce premier est considéré comme une narration fictionnelle longue, c'est à dire de fiction, qui ne rapporte pas trait pour trait des faits réels.
Note : les écrivains réalistes et naturalistes (qui prolongent le courant réaliste) vont tenter d'installer un cadre le plus réaliste possible autour de la fiction, dans le but de faire vrai. Si l'on s'accorde aux dires de Guy de Maupassant dans la préface de Pierre et Jean : "les Réalistes de talent devraient s’appeler plutôt des Illusionnistes" (pour plus d'informations, voir notre fiche sur les courants littéraires majeurs : https://myfiche.fr/Fiche.php?id=38&matiere=Fran%C3%A7ais)

La nouvelle, quant à elle, est un récit fictionnel court, souvent publiée par épisodes courts dans les journaux.


I- Vocabulaire général du roman



A/ Organisation du roman et cadre


- Incipit : Il s’agit du début du roman, qui a pour objectif de présenter les personnages, l’intrigue mais également le cadre spatio-temporel.

- Excipit : Il s’agit de la fin du roman, qui contient le dénouement de l’histoire et constitue une sorte de conclusion à une question ayant pu être posée dans l’incipit.

- Prolepse : Il s’agit de l’anticipation les évènements futurs de l’histoire, ayant souvent pour objectif d’instaurer un certain suspens.

- Analepse : C’est l’inverse de l’a prolepse, c’est à dire qu’il s’agit là d’un retour dans le passé, qui a souvent une valeur explicative.

- Cadre spatio-temporel : Il s’agit de l’époque et du lieu de l’action de l’histoire. L’espace peut tout aussi bien être restreint que large.

- In media res : Expression latine. Cela signifie littéralement « au milieux des choses ». Il s’agit d’un moyen narratif de faire commencer le récit au cœur de l’intrigue, sans introduire l’histoire.

B/ Les personnages et le narrateur


- Le narrateur : Il s’agit de la personne qui narre l’histoire. Il ne faut pas confondre narrateur et auteur, ce dernier étant la personne ayant rédigé le livre. L’auteur peut parfois se substituer au narrateur afin d’intervenir dans le récit, mais il n’est narrateur que lorsqu’il s’agit d’une autobiographie.

- Le personnage : Il s’agit d’une personne fictive appartenant à l’histoire. Plus particulièrement, le personnage principal (ou héros) est une personne appartenant au récit et dont l’histoire constitue l’objet principal du roman. Il est généralement pourvu de nombreuses qualités telles que le courage. Dans le cas où le personnage principal ne possède pas ces qualités positives, il s’agit d’un anti-héros.

C/ Le rythme du récit


- La scène : C’est lorsqu’une action est décrite de manière précise, afin que la scène se rapproche le plus possible de la réalité, ce qui ralentit le rythme.

- Le sommaire : C’est lorsqu’une action est racontée de manière rapide, ce qui accélère le rythme.

- La pause : C’est lorsque les actions en cours de déroulement s’arrêtent, permettant ainsi au narrateur de décrire un personnage.

- L’ellipse : C’est lorsque l’on omet de raconter une action, afin que le temps avance plus vite pour pouvoir exprimer des actions se déroulant plus tard dans le récit.


II - Les points de vue narratifs :



Dans un roman ou une nouvelle, la narration peut revêtir trois formes différentes :

- Point de vue interne : le narrateur est l'un des personnages qui peuplent le récit. Le champ de lecture se limite par conséquent à ce que le narrateur expérimente au sein du récit. On sait ce qu'il pense, mais pas ce que pensent les autres personnages.

- Point de vue externe : le narrateur est complètement extérieur au récit, il n'y prend jamais part. Il rapporte seulement les événements, d'un point de vue souvent objectif : il n'interprète pas les pensées des personnages.

- Point de vue omniscient : "omniscient" signifie littéralement "qui sait tout". Le narrateur est donc capable d'expliciter n'importe quel événement ou n'importe quelle pensée. Il s'agit du mode de narration notamment favorisé par les réalistes et les naturalistes, tels que Flaubert ou Zola, par exemple.


III - Le schéma narratif :



Afin d'analyser un roman, il faut avoir connaissance des différentes étapes conventionnelles qui le composent. L'ordre suivi est le suivant :

1) La situation initiale : elle permet de contextualiser, de définir le cadre principal du roman. Elle introduit également les personnages principaux.

2) L'élément perturbateur ou déclencheur : c'est lui qui, en faisant irruption dans le récit, modifie la situation initiale et va entraîner l'enchaînement des péripéties.

3) Péripéties : actions successives du ou des personnages, afin de tenter de rétablir une situation stable.

4) Élément de résolution : action qui va induire le dénouement final.

5) Dénouement : résolution des péripéties et rétablissement d'une situation stable.

6) Situation finale : situation stable, qui fait écho à la situation initiale bien qu'elle soit différente.


IV - Le schéma actanciel :



Le schéma actantiel retrace la quête du héros pour arriver à un objectif donné. Il définit certaines relations de force entre les personnages.

Note : le schéma actanciel est transposable à n'importe quel genre littéraire, et pas uniquement au roman. Cependant, il nous a paru judicieux de l'intégrer ici car il peut aider à comprendre comment s'organise une intrigue.



Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sch%C3%A9ma_actantiel

- Le héros / héroïne est le personnage le plus important de l'histoire, c'est lui qui poursuit sa quête en idéal d'un objet (= objectif) donné.

- Le destinateur est celui qui émet la quête : il fait en sorte que le héros l'entreprenne.

- Le destinataire est celui à qui profite la quête accomplie par le(s) héro(s) / héroïne(s). Il peut s'agir du héros lui-même (si il cherche l'amour par exemple) ou d'un autre personnage ou entité (remporter la bataille pour sauver son village par exemple).

- Les adjuvants sont les entités qui vont aider le héros à accomplir sa quête. Les opposant constituent, au contraire, l'ensemble des éléments qui vont empêcher le héros d'accéder à l'objet.


V- Les temps du récit



L’imparfait : Il sert à présenter les personnages, ainsi que le cadre spatio-temporel.

Le passé simple : Il sert à exposer les actions et les évènements se déroulant au sein de l’histoire, décrivant ainsi une action d’ores et déjà achevée.

Le passé composé : Il peut parfois remplacer le passé simple afin de rendre le récit plus accessible et simple.

Le plus que parfait : Il sert à exprimer une action antérieure aux actions exprimées à l’imparfait.

Dernières fiches sorties

Nous créons constamment du nouveau contenu, vous pouvez le découvrir ci-dessous.