Les rapports sociaux dans l'entreprise

Introduction :



Dans l'entreprise, le facteur travail cohabite avec le facteur capital. Ce premier facteur de production est logiquement régit par des rapports sociaux, qui déterminent notamment la hiérarchie de l'entreprise.
Ces rapports sociaux peuvent donner lieu à une attitude coopérative ou conflictuelle.

Termes clés à connaître

hiérarchie - coopération - conflit

I - L'aspect hiérarchique de l'entreprise :



Le terme de hiérarchie désigne la gradation des employés d'une entreprise selon les reponsabilités qui leur sont attribuées. Les employés se réfèrent aux objectifs de leurs supérieurs.
Le pouvoir est la capacité à pouvoir imposer sa volonté et faire respecter des règles même contre une volonté opposée (d'un descendant hiérarchique). Cette capacité peut faire appel à des moyens coercitifs.
Exemples de moyens coercitifs : menace ; intimidation ; argumentation. Ces moyens ne sont pas nécessairement violents.
Selon le sociologue allemand M. Weber, le concept de domination peut avoir trois formes de légitimité.

Mark Weber photographié en 1894.
1) Domination "traditionelle" : l'obéissance est fondée sur l'acceptation de l'autorité selon la tradition.
Exemple : dans le cadre familial, les enfants doivent obéissance à leurs parents. Ils exercent l'autorité selon la tradition. C'est une forme de domination inée.
2) Domination "charismatique" : l'individu qui détient le pouvoir dégage des qualités qui lui valent d'être écouté et suivi. Ce sont les autres qui décident délibérément d'obéir.
Exemples :
- Au sein d'un groupe d'amis, il peut arriver qu'un "leader" se démarque.
- Pendant la Seconde Guerre Mondiale, c'est de par son charisme que Charles de Gaulle l'emporte sur Pétain. Notamment grâce à son éloquence. On n'oubliera pas l'appel du général prononcé le 18 Juin 1940 à la BBC de Londres.
3) Domination "légale ou rationelle" : le pouvoir est admit légitimement, c'est à dire d'après la loi. Cela s'applique notamment au principe d'élection, où l'élu de la majorité obtient le pouvoir.

De Gaulle au micro de la BBC, le 18 Juin 1940.

II - Les conflits au sein de l'entreprise :



Deux types de conflits peuvent être constatés dans l'entreprise :
1) Le conflit individuel concerne une seule personne. Il peut être déclenché par diverses raisons comme un licenciement abusif, du harcèlement, une diminution du salaire, un jugement injuste.
La résolution d'un conflit individuel passe par le conseil des prud'hommes dans le cas ou l'employeur ne s'entend pas avec le salarié.
2) Le conflit collectif englobe plusieurs personnes : des groupes. Ils peuvent avoir recours à différents moyens tels que la grève, la manifestation, la pétition pour exprimer leur mécontentement.
Les salariés peuvent également utiliser la force contre leurs supérieurs, ce qui est illégal.
Les conflits peuvent mener à deux issues :
- Les employeurs acceptent les revendications des mécontents auquel cas le conflit prend fin.
- Les employeurs refusent les revendications. Les salariés n'étant plus payés, ils vont être obligés tôt ou tard de reprendre le travail.
- Si la revendication est justifiée, elle peut être traitée par la justice (cf. conseil des prud'hommes).

Les cheminots en grève : grève de la SNCF (2018).

III - La coopération dans l'entreprise :


La coopération désigne l'action de participer à une oeuvre commune en mettant en avant le travail d'équipe et la cohésion de groupe. La coopération peut être le résultat d'une contrainte (d'un ordre hiérarchique par exemple) ou d'une logique d'intérêt (aider pour espérer être aidé ensuite par exemple).

Dernières fiches sorties

Nous créons constamment du nouveau contenu, vous pouvez le découvrir ci-dessous.